Style3

Style2

Style4

Style5

Sortie : 3 mars 1999

Réalisateur : Tony Kaye

Nationalité : Américaine

Genre : Drame

Acteurs principaux : Edward Norton, Edward Furlong

Durée : 1h59

«
Next
Article plus récent
»
Previous
Article plus ancien

1 commentaires:

  1. Marion Piriou22 juillet, 2015

    Voilà un film qui reste singulier plus de 15 ans après sa sortie et qui est toujours aussi puissant, bien qu'il ne soit pas exempt de défauts.


    Le film raconte l'histoire de Derek et de sa famille installée à Los Angeles. Celui-ci a basculé dans le racisme haineux et l'extrémisme à la suite du meurtre de son père par un dealeur noir.
    Ultra-violent au début du film, son comportement va le conduire à commettre l'irréparable. A sa sortie de prison, il ne sera plus le même homme et tentera de raisonner son jeune frère qui suit le même chemin que lui.


    J'ai adoré la mise en scène du film et sa photographie. Les nombreux flash-back sont filmés en noir et blanc, à la différence des scènes évoquant le présent en couleur. Le film a la force de ne rien cacher de la violence qui existe entre les différents gangs de Venice Beach et dans le comportement de Derek. De ce fait, certaines scènes sont insoutenables et marquent durablement. Ames sensibles, courage !
    Edward Norton qui interprète Derek est tout simplement exceptionnel. Son regard dur et dévoré par la haine au début du film est terrifiant. Il est juste et crédible tout au long du film, alors que son personnage évolue considérablement en peu de temps.


    Cette évolution du personnage principal montre l'une des faiblesses du film : un côté fable un peu trop facile dans laquelle les "méchants" prennent vite conscience de leur bêtise et de leurs erreurs passées alors qu'ils étaient profondément ancrés dans une idéologie raciste. J'aimerais bien sûr que cela soit le cas, qu'il suffise d'un passage en prison pour résonner les criminels, nous savons malheureusement que cela n'est pas forcément très courant.
    Le film est également un petit peu maladroit lorsqu'il tente d'expliquer, à l'aide d'un et d'un seul flash-back, ce qui aidera Derek à basculer plus tard dans le racisme (le dernier repas de la famille au complet). Cependant, le film montre aussi justement que les plus raisonnés peuvent aussi tomber dans le racisme et la facilité lorsque la détresse gagne leur vie et qu'il faut justement résister et ne pas emprunter ce chemin vers la haine.


    Un film très très fort, très bien interprété, et qui montre bien les ravages du racisme et de l'extrémisme.

    RépondreSupprimer


Par respect pour l'ensemble des lecteurs, merci de rester correct dans vos propos, et merci de respecter l'esprit de ce blog (critiques argumentées) auquel cas votre commentaire pourrait se voir retiré.


Top