Style3

Style2

Style4

Style5

Sortie : 4 Janvier 2012

Réalisateur : Jeff Nichols

Nationalité : Américain

Genre : Drame, Thriller

Acteurs principaux : Michael Shannon, Jessica Chastain...

Durée : 2h00

«
Next
Article plus récent
»
Previous
Article plus ancien

1 commentaires:

  1. Jeff Nichols est quasi inconnu en 2011 lorsqu’il présente « Take Shelter » pour lequel il recevra une nuée de récompenses pour ce film chimère. Incarnés par Michael Shannon et Jessica Chastain, les deux rôles principaux sont interprétés par deux acteurs, alors peu connus du grand public, qui éblouissent littéralement la pellicule de leur talent.

    Take Shelter raconte l’histoire de Curtis, un ouvrier américain introverti, pris au piège de ses rêves plus vrais que nature. Sans pouvoir raisonner l’angoisse et les délires de fin du monde qui l’envahissent, Curtis ira jusqu’à contracter un prêt pour construire un abri anti-tempête au dépend de l’opération de sa fille sourde et muette. Sa femme Samantha prend alors la mesure de la psychose qui touche son mari, elle est furieuse bien sûr mais fait preuve d’une patience et d’une compréhension immenses afin de sortir Curtis d’une spirale, à l’évidence, paranoïaque.

    Jessica Chastain est touchante et juste dans son interprétation de la femme aimante mais tourmentée par les réactions de son mari. Michael Shannon quand à lui est splendide. C’est probablement le type le plus effrayant avec Jack Nicholson dans « The Shinning ». Je ne crois pas exagérer, cet acteur a montré depuis « The Iceman » à quel point ces personnages noirs et torturés sont parfaitement dans son registre.

    Take Shelter est un thriller psychologique centré autour d’un homme terrorisé par deux idées en contradiction l’une avec l’autre. Ses rêves et hallucinations de « tempête du siècle » semblent le faire sombrer dans la même schizophrénie qui touchait sa mère 30 ans plus tôt. Mais que faire ? Ignorer ce qu’il croit être des avertissements ou protéger sa famille d’un évènement sans précédent qu’il voit arriver ?

    L’angoisse impulsée à travers la mise en scène et l’interprétation de Curtis sont véritablement magistrales. A mesure que l’intrigue se développe, l’angoisse monte progressivement à l’image de l’emprise de ses hallucinations. Jeff Nichols contrôle de façon assez spectaculaire ce sentiment à tel point que l’adrénaline qui monte chez le spectateur en deviendrait presque addictive…

    A voir (ou à revoir) absolument si comme moi vous l’avez raté lors de sa sortie en salle!

    Ma Note: 4/5

    RépondreSupprimer


Par respect pour l'ensemble des lecteurs, merci de rester correct dans vos propos, et merci de respecter l'esprit de ce blog (critiques argumentées) auquel cas votre commentaire pourrait se voir retiré.


Top