Style3

Style2

Style4

Style5

Sortie : 21 août 2013

Titre original : The Conjuring

Réalisateur : James Wan

Nationalité: Américain


Genre: Epouvante/Horreur


Acteurs principaux: Vera Farmiga, Patrick Wilson, Ron Livingston, Lili Taylor

Durée: 1h52

«
Next
Article plus récent
»
Previous
Article plus ancien

6 commentaires:

  1. Conjuring. Encore un film de maison hantée! Dès le départ, on entre dans la salle avec beaucoup d'a-prioris.
    Oui, les films de maisons hantées sont un filon largement épuisé depuis le début des années 80. Amityville, Shining, L'exorciste 1, 2, 3 ... 96... sont les pionniers en la matière. S'ensuit, on peut le dire, que des navets!
    Bref, on ne peut pas dire que l'on s'attend pas à voir quelque chose de nouveau.

    Alors, malgré tout ce qu'on pourrait dire de ce genre de films : Conjuring est, dans l'ensemble, plutôt réussi...disons qu'il n'est pas trop raté.

    Jouant à fond sur la carte "Inspiré de faits réels", le début du film est centré sur les époux Warren, démonologues célèbres "les seuls reconnus par le Vatican" (lol) présentant à l'Université (re-lol) quelques-uns de leurs dossiers.

    Puis on nous présente une charmante petite famille américaine irréprochable, sans doute d'anciens voisins de la famille Ingalls, qui emménagent dans leur ô combien charmante (glauque) maison (bicoque) à Harrisville dans le Rhode Island (au milieu de nulle part). La famille Perron va petit à petit être le témoin d'évènements surnaturels de plus en plus marquants. Traumatisée, la famille Perron va faire appel aux époux Warren...

    Ceci étant dit, voici en exclusivité, à vous mes chers PopCorn Readers, la recette in-ra-table (quoique) pour réussir un bon film de maison hantée. A vos notes, c'est parti :

    1. Prenez quelques portes qui claquent bien fort ("L'Exorciste")
    2. Un soupçon d'enfants tirés de leur lits ("Paranormal Activity")
    3. Des poupées d'1m50 de haut qui font peur (mais qui acheterait cette poupée?!) ("Chukky")
    4. Un jouet possédé par un fantôme ("Possédée").
    5. Des gens qui ont peur et qui s'enfuient de leur maison...en allant à l'étage ("Scream")
    6. Des corbeaux qui s'écrasent sur la maison ("Les oiseaux d'Hitchcock)
    7. une pincée de "Viens jouer avec moiiiiiii" sorti d'outre-tombe ("Le cercle")
    8. Ajoutez des bruits bizarres dans l'armoire. (euh..."Narnia")
    9. 25 scènes dans le noir où on ne voit rien et on a peur quand même ("Blair Witch"), une spécialité de James Wan
    et bien sûr (à volonté) : des voix de fantômes, encore des portes qui claquent, des cadres qui tombent, des chaises qui s'élèvent, des bruits de pas, des gens possédés, des apparitions, des disparitions, encore des apparitions...

    Vous obtiendrez : Conjuring! : un film de maison hantée qui joue sur tous les codes déjà maintes et maintes utilisés, qui du coup décridibilisent complètement l'aspect "histoire vraie" du film.

    Plus sérieusement, le film est plutôt bon car réellement angoissant, flippant, le tout de façon très progressive. Les effets sonores, de qualité, y sont pour beaucoup. La photographie est réussie : James Wan joue énormément avec le spectateur en mettant en avant ce que l'on ne voit pas, les ombres, le noir, la suggestion. La scène de l'ombre dans la chambre des fillettes est particulièrement angoissante.

    Lili Taylor (qui a notamment interprété l'insupportable Lisa dans la série "Six Feet Under") est convaincante. Les enfants acteurs sont excellents.
    Le scénario est crédible mais manque cruellement d'originalité. D'ailleurs, pour ceux qui l'ont vu, la trame est quasiment la même dans Insidious (de...James Wan). Malgré tout cela fonctionne très bien...jusqu'à la fin! Alors que le film démarre doucement et monte en crescendo ; le dernier quart d'heure part dans tous les sens. C'est brouillon, trop rapide et sujet à beaucoup d'incohérences. Bref, une fin ratée. Dommage.

    Bien qu'il n'apporte rien de nouveau, Conjuring reste un bon film d'épouvante. Les amateurs du genre seront conquis. Pour ma part, j'ai passé un bon moment (bref, j'ai flippé ma race quoi!)

    Ma note : ★★★☆☆

    RépondreSupprimer
  2. PEUR : n.f. émotion pénible produite par l’idée ou la vue d’un danger….et c’est un peu ce que j’ai ressenti pendant la projection du film.

    Et oui c’est encore un peu effrayé après la séance de Conjuring : les dossiers Warren que j'écris cet avis.

    En tant que gros consommateur de films d'horreur/épouvante je me devais d'y aller et je l'attendais avec impatience, Il faut dire que la bande annonce est assez glaçante et l'étiquette "histoire vraie" donne du crédit et un intérêt supplémentaire au film tout en augmentant la dose d’effroi à laquelle on s’attend.

    De plus, avec James Wan aux manettes il y avait de quoi frissonner d'avance.

    Le réalisateur de Saw et du plus récent Insidious maîtrise aisément les mécanismes (certes classiques mais efficaces) de la peur et s'amuse cruellement à jouer avec les nerfs de ses spectateurs. Qui plus est avec un scénario estampillé « faits réels ». Nos cœurs seront mis à rude épreuve.

    Ainsi j’ai été « possédé » par le film du début à la fin, comprenez par là que je n’ai pas eu de mal à rentrer dans l’histoire et que j’ai de fait pas mal sursauté... Patrick Wilson et Vera Farmiga sont parfaits et très crédibles dans le rôle des époux Warren chasseurs de démons. La prestation des enfants doit aussi être soulignée puisqu’elle est très convaincante notamment dans certaines scènes que je ne vais pas « spoiler » mais pas forcément être évidentes à jouerà cet âge.

    Pour ce genre de film l'histoire semble classique, mais finira par se révéler pas si banale.

    Ici la famille Perron déménage dans une vieille demeure sauf qu'un terrible mal l'habite. Il ne tardera pas à troubler leur quotidien en allant crescendo dans ses apparitions poussant la famille à demander de l'aide aux Warren, un couple spécialiste du paranormal réunissant Ed, démoniste et Lorraine, médium. Ces derniers vont se retrouver face à une puissance maléfique qui va s’avérer être la plus terrifiante de leur carrière et les pousser dans leurs derniers retranchements.

    Alors attention car le mal est bien présent et fait de ce film l’un des meilleurs films d’angoisse de l’année à mon sens même si j’aurais surement eu une vision différente sans l’écriteau histoire vraie.

    En tout cas les dossiers Warren auront de quoi ravir les amateurs du genre et pétrifier les sceptiques et après le film plus personne ne jouera à « cache-tape »…

    CLAP !

    Bonne séance à toutes et tous.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Sympa ta critique! Tu n'as pas été déçu par la fin du film?

      Supprimer
  3. Je te trouve assez dure Eiffel T! ^^
    En revanche je me retrouve beaucoup plus dans la critique d' Anto.

    En ce qui me concerne, je suis clairement enthousiasmé par Conjuring! Voilà pourquoi:

    Enfin un film à la hauteur de la rumeur!
    Du vrai cinéma, qui plus est dans un film d'épouvante. Ca fait du bien!

    James Wan fait preuve de beaucoup de précision et de technique dans l'alternance de sa mise en scène. Ce que je trouve assez rare aujourd'hui dans ce genre de film. Il y a un vrai style dans Conjuring, et on a enfin l'impression de revenir à l'époque des "Shining", "L'exorciste"... Du vrai cinéma pour les fans d'épouvante.
    D'ailleurs les parallèles avec les autres classiques du genre sont nombreux sans jamais être clichés, bien au contraire.
    L'entrée en matière est jubilatoire lorsque le film démarre sur un gros son de trompettes qui rappel forcément "The Shinning". Qui aurait cru qu'on pourrait jeter le froid sur une salle en annonçant le titre du film à la façon des Star Wars de Georges Lucas?!
    Malgré les références, Wan nous embarque complètement dans son histoire. Vous allez sursauté, c'est garanti! D'ailleurs pas besoin de voir quoi que ce soit, l'ambiance la mise en scène et le jeu des acteurs suffisent à déclencher des sueurs froides.

    Mais un bon réalisateur ne fait pas tout! Aucune fausse note en terme de casting... On croit à fond à cette petite famille et à ce couple de démonologues. La performance des acteurs est absolument remarquable et ils contribuent bien sûr à la réussite du film probablement un futur classique du genre.
    Enfin l'ambiance sonore est d'une justesse divine... Un vrai plaisir!
    Il est probable que vous ne laissiez pas vos enfants jouer à ce fameux "cache-tape" avant bien longtemps...

    A voir et à revoir!

    Ma Note: ★★★★★

    RépondreSupprimer
  4. 6h du mat'.
    J'ai beau ne pas travailler aujourd'hui, je me suis réveillé en sursaut après une nuit agitée. Des flashs terrifiants me reviennent, comme des bribes de souvenirs d'outre-tombe : ce sont des scènes de Conjuring !
    J'ai été le voir hier soir et j'avoue que j'ai été agréablement surpris. Car comme déjà dit, on pouvait s'attendre, non seulement de la part d'un film d'horreur reprenant tous les codes classiques du genre, mais aussi de la part d'un réalisateur ayant fait auparavant le très flippant Insidious, à être passablement déçu (les suites et remake étant rarement aussi bons que les originaux). Il n'en est rien.
    Bien qu'ayant mis un bon quart d'heure à « rentrer » dans le film, je n'en ai plus décroché jusqu'à la fin, la tension montant rapidement et l'angoisse étant toujours présente. Malgré quelques petits défauts de réalisation et l'utilisation de « trucs » plus qu'éculés, l'ensemble est très convaincant et l'esprit tout à fait effrayant.
    Pour ma part, c'est certainement un des films d'horreur qui m'aura le plus terrorisé et je le recommande.

    RépondreSupprimer
  5. Toutefois, histoire d'élargir un peu le débat, il m'a inspiré la réflexion suivante.
    Dans beaucoup de films d'horreur où un esprit malfaisant est à l'oeuvre, un exorcisme est nécessaire. Hors, ce rite, codifié au cinéma par des références judéo-chrétiennes, est systématiquement le même et ne s'applique que dans un référentiel culturel catholique.
    Je serais donc curieux de voir ce que cela donnerait si la personne possédée était musulmane par exemple. Est-ce qu'on accrocherait pleins de croissants de lune dans la maison, tandis qu'un imam avec un turban sur la tête et portant une grosse barbe réciterait des versets du Coran (« sors de ce corps, ispice di connasse! ») ?:D
    Car si les rites d'exorcisme existent dans de nombreuses religions et croyances, notamment dans les religions animistes et les rites vaudoux d'Afrique noire, les significations, symboles et objets utilisés différent et n'auraient donc pas la même portée à l'écran (en tout cas dans nos sociétés occidentales).
    J'y vois donc non pas tant l'exorcise d'un mal qui prendrait possession du corps de pauvres innocents, que d'une métaphore de notre société dont certains aspects pousse les individus à craindre un ennemi « insidieux » qui viendrait de l'intérieur et que seule la religion (catholique, bien sûr), et donc la morale, pourrait parvenir à « conjurer ».

    Ne serait-il alors pas plus intéressant (ou tout du moins original) de présenter l'aspect individuel du combat que chacun doit mener contre ses démons intérieurs, mais également d'insister sur l'aspect collectif d'une lutte qui ne chercherait pas simplement à combattre un ennemi venu « foutre la merde » dans nos petites vies, mais plus à chercher à redéfinir ces mêmes vies pour leur donner un autre sens et les orienter vers de nouvelles valeurs ?
    Ainsi, on pourrait imaginer par exemple un film insistant non pas tant sur la peur que ressentent les personnages, mais plus sur l'aspect psychologique, comment vont évoluer leurs relations, leurs comportements, ce que cela va engendrer comme problèmes et comme changements, mais surtout, comment ensemble, ils vont tenter d'apporter des solutions à leur problème, notamment en se remettant en question (y a-t-il quelque chose dans ma façon de voir le monde, ou d'agir qui pourrait expliquer ce qui m'arrive?).
    En clair, un film d 'horreur où, pour une fois, la solution ne viendrait pas de la soutane d'un prêtre, mais plus des individus eux-mêmes et de leur capacité à se poser des questions et à s'adapter à leur environnement. Un film où le message ne serait pas « croyez, et Dieu vous aidera », mais plus « réfléchissez, soyez acteur de votre vie, osez remettre en question l'ordre établi, ne prenez pas les choses pour évidentes et acquises, et vous pourrez alors retrouver l'équilibre rompus ».
    Un film où le personnage le plus effrayant ne serait pas incarné par un monstre, mais par un être humain lambda dont l'esprit, figé et englué dans des habitudes, des schémas de penser et des traditions archaïques, le condamnerait à ne pas pouvoir évoluer et donc à être effrayé par le changement, la nouveauté, l'innovation et le progrès .
    En résumé, un film qui serait une métaphore de la mentalité de notre société qui n'avance qu'à petits pas, qu'avec des « mesurettes » comme on dit en politique.

    RépondreSupprimer


Par respect pour l'ensemble des lecteurs, merci de rester correct dans vos propos, et merci de respecter l'esprit de ce blog (critiques argumentées) auquel cas votre commentaire pourrait se voir retiré.


Top