Style3

Style2

Style4

Style5

Sortie : 10 juillet 2013

Réalisateur : Zal Batmanglij

Nationalité: Française

Genre: Thriller

Acteurs principaux: Brit Marling, Alexander Skarsgård, Ellen Page

Durée: 1h57

«
Next
Article plus récent
»
Previous
Article plus ancien

3 commentaires:

  1. Après "Sound of my Voice" Zal Batmanglij nous livre « The East » sa deuxième réalisation qu’il a d’ailleurs co-écrit avec Brit Marling (également productrice et héroïne du film).
    Avec ça sur le papier, on est en droit de se demander si Zal a véritablement eu le choix de son actrice dans cette affaire… Peut-être pas et pourtant ça marche pas mal.

    Brit Marling joue le rôle d’une jeune femme embauchée par une agence de service secret privés qui défend les intérêts des plus grandes entreprises. Elle devra infiltrer une organisation secrète, « The East », qui mène d’impressionnantes actions sans merci contre les dirigeants impliquées dans des catastrophes écologiques et sanitaires.
    Le film nous plonge au sein de ce groupe d’activistes en marge de la société consumériste, révoltés contre les laboratoires pharmaceutiques qui empoisonnent les populations, contre les sociétés pétrolières et d’énergies qui polluent notre environnement, et dont l’unique préoccupation est de faire toujours plus de profits sans se soucier de l’impact sur le monde.

    Le film présente une intrigue purement manichéenne qui oppose les « requins » de wallstreet et un groupe de hippies, quelque peu extrémistes certes, mais qui défend la notion de partage dans le plus grand respect de la nature et des ressources naturelles.
    Le scénario ne cherche clairement pas à faire dans la subtilité et c’est probablement parcequ’il ne se cache pas que ce film a su m’interpeler. Du moins, j’ai aimé l’immersion dans ce groupe de jeunes qui nous force à prendre du recul sur nous-même. Sans vraiment tomber dans le discours moralisateur « The East », qui donne le sentiment de s’adresser aux grands patrons, fait réfléchir et c’est à mon sens toujours intéressant.

    Le casting de choix était plein de promesse et je n’ai pas été déçu. Les acteurs sont vraiment bons et tous contribuent clairement à faire que cette histoire accouche d’un bon film.

    De même, la musique et les ambiances sonores bien choisies sont parvenues à m’emporter pendant 2h sans que je n’ai vu le temps passé.

    Au final, un bon film qui vaut qu’on y passe 2h.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Sur le côté manichéen du film je suis d’accord avec toi, mais j’apporterais quelques nuances.
      Le manichéisme dont tu fais part n'est à mon sens pas si évident ni si basique.
      Ici on aura forcément tendance à choisir le côté des activistes écolos qui vont défendre des intérêts auxquels il est difficile de ne pas adhérer mais à quel prix et de quelle manière (mort d’un membre de leur organisation assez anecdotique, contamination des dirigeants, mise en danger de la vie des infiltrés).
      La cause bien fondée de leurs actions s’opposant clairement à leur mode opératoire qui va les amener à transgresser la « morale » pour laquelle ils se battent, la fin justifiant ici (tous) les moyens.
      L’ambivalence du ressenti de l’héroïne par rapport à ses choix et ses actions montrera que ses nouveaux amis hippies ne sont pas forcément tout blanc et ce jusqu’à la dernière minute.

      Anto

      Supprimer
    2. Très juste Anto, tu as raison le film fini en effet par faire apparaitre le côté sombre et les sacrifices de l'action de "The East". Par ailleurs je réalise que la radicalité du mouvement contribue d'une certaine manière à nous présenter ces patrons avides comme des victimes...

      Cette opposition n'est effectivement pas aussi basique. Merci pour la précision l'artiste! ^^

      Supprimer


Par respect pour l'ensemble des lecteurs, merci de rester correct dans vos propos, et merci de respecter l'esprit de ce blog (critiques argumentées) auquel cas votre commentaire pourrait se voir retiré.


Top