Style3

Style2

Style4

Style5

Sortie : 15 Mai 2013

Réalisateur : Baz Luhrmann


Nationalité: Australien, Américain


Genre: Drame et Romance


Acteurs principaux:

Leonardo DiCaprio, Carey Mulligan, Tobey Maguire

Durée: 2h22

«
Next
Article plus récent
»
Previous
This is the last post.

3 commentaires:

  1. Le réalisateur Australien Baz Luhrmann est de retour cinq ans après le succès mitigé de son dernier film Australia. Quelques minutes après le début de Gatsby le Magnifique, nous comprenons que le style coloré, explosif et si coloré de Baz Luhrmann habitera tout le film. Comme dans Roméo + Juliette et Moulin Rouge ! Lurhmann raconte une histoire d’amour malheureuse ayant eu lieu dans une époque antérieure à la nôtre en utilisant les techniques cinématographiques les plus modernes.

    La bande originale s’inscrit par ailleurs complètement dans ce décalage volontaire, créant une ambiance unique. En choisissant des interprètes éclectiques tels que Jay-Z, Lana Del Rey (qui signe la plus belle chanson du film), Florence And The Machine ou encore Sia, Lurhmann allie extrême modernité et qualité.

    Pour évoluer dans cet univers riche et fou, le réalisateur a particulièrement bien choisi ses acteurs.
    Leonardo DiCaprio campe un Gatsby complexe, à la fois séduisant et inquiétant. Il s’agit de la deuxième collaboration de l’acteur et de Lurhmann après Roméo + Juliette, où DiCpario, malgré son jeune âge à l’époque y déployait déjà tout son talent.
    Après avoir brillamment fait route avec Ryan Gosling dans Drive, Carey Mulligan confirme son talent. Son rôle, difficile, aurait pu facilement verser dans la caricature, mais l’actrice y insuffle suffisamment de profondeur pour ne pas tomber dans ce piège. La toute fin du film montre d’ailleurs à quel point son personnage est lui aussi complexe, faisant preuve d’une lâcheté entamant son capital sympathie.
    Tobey Maguire complète le trio de tête et se montre à la hauteur de ses partenaires dans un rôle le mettant particulièrement en valeur.

    En définitive, Baz Lurhmann a réussi, en adaptant l’un des romans emblématiques de la première moitié du XXème siècle, à signer un film mélancolique et particulièrement riche aussi bien sur le plan visuel qu’émotionnel.

    RépondreSupprimer
  2. Soyons
    clair dès le début, j'ai trouvé ce film assez bon. Néanmoins, ma critique portera plutôt sur ses faiblesses que sur ses qualités.

    Si le scénario de départ n'a rien d'original ni d'emballant (une histoire d'amour impossible entre un mystérieux milliardaire nommé Gatsby et une femme mariée à un autre homme très riche), la trame du film et l'intrigue sont bien menés, au point que je n'ai pas vu passer les 2h20 du film. Bien entendu, ce film étant servi par un casting très prometteur sur le papier (Leonardo of course, mais également Carey Mulligan, Tobey Maguire et Jason Clarke, devenu célèbre grâce au dernier opus de la planète des singes), il aurait été très
    surprenant qu'il en sorte un navet. D'autant que le réalisateur, Baz Luhrmann, n'en n'est pas à son coup d'essai (on se souviendra avec joie du féérique Moulin Rouge).


    Néanmoins, malgré tous ces atouts, le film souffre de terribles carences à mon sens.

    Primo, et même si cela est la "pâte" de Luhrmann, les anachronismes, notamment musicaux (du rap US années 2010 illustrant des scènes censées se passer dans les années 1930...) peuvent choquer et laisser dubitatif.

    Secundo, et c'est sans doute là le point noir du film à mon humble avis, les personnages. Le réalisateur semble s'être davantage entouré de très bons acteurs pour avoir des têtes d'affiches vendeuses (racoleuses?) et rendre ainsi son film bankable, mais leur talent est clairement sous-exploité. En cause, le choix d'avoir donné le rôle central à la relation amoureuse et ne pas avoir creusé la psychologie des personnages, ce qui non seulement aurait pu rendre le film beaucoup plus intéressant en lui conférant une profondeur qui lui fait défaut, mais également de permettre aux acteurs d'utiliser toute la palette des
    émotions disponible. En effet, que dire de Carey Mulligan, cantonnée à un rôle
    de demi-potiche pleureuse et amoureuse, alors que son personnage est très certainement, avec celui de Gatsby, l'un des plus torturé du film? De même, notre ami Tobey Maguire (Spiderman) au visage lisse et poupon laissant transparaître autant d'émotions qu'un videur de boîte de nuit. Enfin, Di Caprio se révèle quelque peu décevant, non pas de son fait, mais du carcan imposé par le réalisateur pour son rôle de Gatsby, un personnage extrêmement intéressant sur le papier, au passé lourd et secret, aux ambitions sans limites et au coeur tendre. Néanmoins, nous ne saurons presque rien de ses tourments intérieurs ni des démons qui le rongent (solitude, amour impossible, amertume). Ainsi, dans un rôle tout à fait semblable, Di caprio est tout simplement solaire dans le rôle-titre du Loup de Wall Street, où il campe également un milliardaire aux
    dents longues vivant une vie fastueuse.

    Notons toutefois Jason Clarke, dans le petit rôle qu’il tient, sait tirer son épingle
    du jeu, notamment par son regard et sa « gueule » tout à fait bienvenue pour son rôle de mécanicien me rappelant Marlon Brando dans Un Tramway Nommé Désir.


    Pour conclure, ce film, quoique bon, n’exploite pas suffisamment toutes les possibilités psychologiques et scéniques que les personnages et la qualité des acteurs pouvaient laisser présager (circonstance aggravante, le film étant relativement long, il était tout à fait possible de s’attarder sur les sentiments des personnages). Dommage.

    RépondreSupprimer
  3. Raphael Lo17 août, 2014

    Je comprend les frustrations de Neiké, on pourrait effectivement attendre plus au niveau du développement de ces personnages torturés qui paraissent parfois volontairement caricaturaux.
    Mais je crois que c'est un choix qui ont vu l'ésthétique et la mise en scène primer sur le reste. L'intrigue est au service de l'esthétique générale du film, de son rythme, de son ambiance. Les individualités sont plus ou moins toutes sur le même plan d'où, à mon sens, des personnages un peu creux. D'ailleurs le casting haut de gamme participe à l'esthétique du film tout en étoffant ces personnages assez lisses.


    Cela dit je préfère resté nuancé car cela aurait peut-être alourdi ce film "champagne" qui malgré sa durée continue de me divertir après plusieurs visionnages. Les images aux couleurs saturées, la bande son délicieusement anachronique font de ce film une réussite malgré tout.

    RépondreSupprimer


Par respect pour l'ensemble des lecteurs, merci de rester correct dans vos propos, et merci de respecter l'esprit de ce blog (critiques argumentées) auquel cas votre commentaire pourrait se voir retiré.


Top